Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 13:07

MPL evo2, leader sur le marché français du middleware, s'appuie sur Caché et DeepSee d'InterSystems pour offrir aux laboratoires de biologie médicale un outil de pilotage en temps réel de leur production

Roche Diagnostics France, filiale du Groupe Roche pour les activités diagnostics, s'appuie sur les technologies Caché et DeepSee d'InterSystems, pour le développement de son middleware destiné aux laboratoires d'analyses médicales.
A la clé : un outil complet de pilotage de la production des laboratoires, depuis la gestion analytique des échantillons jusqu'à l'analyse décisionnelle des flux de données. Un atout considérable pour les laboratoires soumis à des obligations règlementaires, organisationnelles et financières de plus en plus contraignantes.

La biologie médicale, un secteur en pleine mutation
Depuis quelques années, on assiste à une consolidation de l'activité des laboratoires d'analyses médicales en France. Pour gagner en productivité, ces derniers sont de plus en plus nombreux à se regrouper au sein de plateformes techniques pour centraliser le traitement des prélèvements sanguins. Déjà soumis à de fortes contraintes en matière de traçabilité des résultats et de sécurité des données médicales, ils doivent donc également être en mesure aujourd'hui de piloter une production de plus en plus industrialisée, où l'automatisation des chaînes de traitement des prélèvements nécessite des performances à la fois robotiques et analytiques.

C'est pour répondre à ces nouveaux enjeux que Roche Diagnostics France, filiale du Groupe Roche basée à Meylan (38), a développé MPL evo2, une nouvelle génération de middleware dédié au pilotage de l'activité et de la production du laboratoire.

Le middleware est un logiciel particulier dans le sens où il doit être au plus prêt des robots analyseurs qu'il pilote, et en même temps en capacité de remonter aux utilisateurs des informations de plus haut niveau. De plus, il est positionné dans des environnements fonctionnant 24/24, qui n'ont que très rarement des experts informatiques dans leurs équipes sur place. Sa robustesse et sa disponibilité sont donc critiques. MPL evo2 répond parfaitement à ces enjeux, notamment grâce à l'utilisation des composants logiciels d'InterSystems.

Du pilotage des outils de production analytique...

Pour accompagner son activité de distribution de machines - systèmes pré-analytiques, analyseurs - et de réactifs chimiques qui constituait le cœur de son activité, Roche Diagnostics France a pris le parti, il y a une quinzaine d'années, de créer son propre pôle informatique. « Il y avait une carence en outil informatique pour accompagner notre offre de produits » explique David Pellegrin, chef de produits marketing solutions informatiques chez Roche Diagnostics. « Nous avons donc développé en interne un logiciel capable de gérer l'interopérabilité entre nos automates et le système d'information des laboratoires - SIL ».

Dès 2005, Roche Diagnostics France a choisi d'utiliser le moteur de base de données Caché d'InterSystems, reconnu pour ses hautes performances. Pour David Pellegrin, «InterSystems répondait en tout point à nos contraintes de performance, de robustesse et de sécurité ».

Roche Diagnostics a accompagné le mouvement de consolidation des laboratoires sur le territoire français en proposant des modèles de business innovants, par exemple une facturation en fonction de l'utilisation des analyseurs, et donc 'au test'. Ce modèle 'on demand' a bien évidemment entrainé un besoin de suivi analytique plus précis de l'activité des laboratoires.

Validation technique et consolidation des résultats d'analyses, traçabilité des échantillons, stockage et sécurité des données patients, connexions multi-SIL et multi-sites : en s'appuyant sur Caché, le logiciel MPL de Roche Diagnostics France fournit aux laboratoires un système de gestion de production des analyses entièrement centralisé et automatisé, et conforme aux normes rigoureuses d'accréditation auxquelles ils sont soumis.

... à la mise en œuvre d'une solution d'informatique décisionnelle
Les groupements de laboratoires ont par ailleurs commencé à exprimer une demande croissante en matière de Business Intelligence (BI). Roche Diagnostics a rapidement mesuré le potentiel décisionnel de l'analyse des données de son middleware.
En y intégrant DeepSee d'InterSystems, logiciel embarqué de BI en temps réel, Roche Diagnostics offre désormais à ses clients la possibilité d'analyser leurs flux de données et de mettre en place des processus de reporting d'activité destinés à mieux piloter leur production. « C'est grâce à InterSystems que nous avons pu répondre à cette demande, explique David Pellegrin. DeepSee nous a permis d'enrichir notre outil existant en fournissant à nos utilisateurs des tableaux bords avec de nombreux indicateurs, ce qui constitue une véritable innovation. »

Et un atout de taille en matière d'informatique décisionnelle : ils peuvent désormais reporter l'activité de chaque partie prenante, travailler sur des indicateurs de qualité analytique, sur les temps de rendu des résultats... Et justifier ainsi les engagements pris auprès de leurs partenaires.
Point important, la composante décisionnelle DeepSee étant embarquée dans Caché, une simple montée de version a suffit pour permettre de bénéficier de ces fonctionnalités avancées.

Plus récemment, Roche Diagnostics France s'est basé sur le framework de type Ajax 'Zen' de Caché pour pouvoir développer des interfaces graphiques beaucoup plus performantes et entièrement 'web riche'. « Les technologies d'InterSystems nous permettent de tirer notre application vers le haut afin de garder notre position de leader sur le marché français du middleware » poursuit David Pellegrin.

Coller aux évolutions des besoins métiers
Un constat confirmé par les nouveaux projets et nouveaux modules d'ores et déjà amorcés. Le premier, dont la sortie est annoncée très prochainement, est un module de colisage RFID des échantillons, permettant la gestion de traçabilité des colis d'échantillons inter-sites, incluant le suivi de l'activité de transport.
Lui aussi basé sur Caché et son composant Zen, ce module présentera la particularité d'être entièrement web et hébergé dans le Cloud, une première dans le secteur de la santé.

A plus long terme, Roche Diagnostics France envisage de rendre cette application disponible dans une version désignée pour mobile. Un projet dans l'air du temps, qui constitue un axe de développement de son partenariat avec InterSystems dans les prochaines années.

Pour plus d'informations :
www.rochediagnostics.fr

www.InterSystems.fr

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical
commenter cet article
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 12:16
Repost 0
capitalpublication
commenter cet article
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 12:08

61èmes Journées Françaises de Radiologie Diagnostique et Interventionnelle

Du 18 au 22 octobre 2013
Palais des Congrès de Paris




S'il est un domaine où l'imagerie médicale est présente et indispensable à chaque étape du parcours de soins des patients, c'est bien l'oncologie. Elle sera au centre de la 61ème édition du premier congrès francophone d'imagerie médicale : les Journées Françaises de Radiologie.

L'imagerie est en effet indispensable pour la pose du diagnostic, le suivi et l'évaluation des traitements, le bilan d'extension de la maladie, sans oublier les techniques d'imagerie interventionnelle qui offrent des alternatives thérapeutiques de plus en plus nombreuses et efficaces.

C'est cette médecine radiologique qui sera déclinée sous toutes ses formes dans la lutte contre le cancer, y compris l'imagerie post-thérapeutique. Il sera bien sûr question des avancées diagnostiques et thérapeutiques propres à la spécialité mais il sera aussi question des avancées organisationnelles telles que l'indispensable pluridisciplinarité dans la prise en charge des patients atteints de cancer et les liens renforcés entre prise en charge hospitalière et médecine de ville.

La recherche en imagerie oncologique sera largement partagée avec tous les acteurs présents : médecins radiologues, cliniciens d'autres spécialités, jeunes radiologues en formation et industriels.
Et comme l'an passé, le Village Interventionnel favorisera les séances d'entraînement sur simulateurs, mannequins et partage d'expérience.

Si les JFR sont le premier rendez-vous scientifique francophone d'imagerie médicale, elles sont aussi de plus en plus attractives pour les radiologues étrangers, c'est la raison pour laquelle cette année, le samedi et le dimanche, des séances internationales en anglais et en espagnol avec traduction simultanée en français permettront de partager communications scientifiques et discussions avec les spécialistes venus de plus de 70 pays.

Enfin, en séance plénière, la conférence Antoine Béclère donnera la parole au Pr Jean-Paul Vernant, hématologue à la Pitié Salpêtrière et chargé de la conception du Plan Cancer III.

Pour plus d'information : http://beclere.sfrnet.org/JFR2013/JFR2013.html

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 17:29
Repost 0
capitalpublication
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 17:27

Stéphane Régnault est élu président du SNITEM (Syndicat National de l’Industrie des Technologies Médicales) pour un mandat de deux ans. Il succède à Christian Seux, Président de Becton Dickinson France, qui occupait cette fonction depuis 2007.

Stéphane Régnault, président du directoire du groupe français Vygon, a été élu président du SNITEM lors de l’assemblée générale du syndicat ce lundi 24 juin 2013.

Stéphane Régnault, 51 ans, est diplômé de l’école d’ingénieur ENSIA (Ecole Nationale Supérieure des Industries Agro-Alimentaires) et d’un MBA de l’école HEC.

Après une expérience au sein de différentes fonctions managériales dans l’industrie, il devient, en 2000, président du directoire de Vygon. Cette ETI française est à l’image de la plupart des sociétés qui constituent le tissu économique du secteur des dispositifs médicaux (94% de PME selon le rapport Pipame - Dispositifs médicaux : diagnostic et potentialités de développement de la filière française dans la concurrence internationale - juin 2011).

Il est administrateur du SNITEM depuis 2007 et membre de son bureau depuis 2011.


A propos du SNITEM
Créé en 1987, le Syndicat National de l'Industrie des Technologies Médicales (SNITEM) rassemble les acteurs de l’industrie des technologies et dispositifs médicaux y compris les NTIC impliquées dans la Santé. Il fédère quelque 340 entreprises françaises ou internationales dont la plupart ont la taille de PME ou d’ETI. Le SNITEM est ainsi la première organisation en France représentant les entreprises de ce secteur d'activité et l'interlocuteur privilégié et référent des Pouvoirs Publics. www.snitem.fr

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 11:40

La technologie anticoagulante de Covidien permet de sauver des vies selon les résultats de l'étude CLOTS 3

Repost 0
capitalpublication
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 11:31

Covidien, chef de file mondial dans la fabrication de produits de soins de santé, annonce ce jour qu'une étude indépendante menée par l'université d'Édimbourg a permis de démontrer l'efficacité du système Kendall SCD™ de Covidien utilisé avec la technologie de détection de remplissage vasculaire chez les patients immobilisés à la suite d'une attaque.

Les résultats de l'étude CLOTS 3 ont été présentés lors de la European Stroke Conference par le Professeur Martin S. Dennis du département de neurosciences cliniques de l'université d'Édimbourg et ont également été publiés dans The Lancet. Cette nouvelle étude a constaté une baisse de 29,9 % du développement de thrombose veineuse profonde (TVP) proximale chez les patients immobilisés à la suite d'une attaque et traités par compression pneumatique intermittente (CPI) à l'aide du système Kendall SCD avec la technologie de détection de remplissage vasculaire, qui assure une compression séquentielle, circonférentielle gradient par l'intermédiaire de manchons positionnés sur la longueur de la cuisse. Par rapport au groupe des patients auxquels ont été dispensés les soins de routine uniquement, le groupe des patients traités par CPI a également enregistré une baisse du risque de mortalité de 14 % (p = 0,042) lors des six premiers mois suivant leur admission à l'hôpital pour cause d'attaque.

« Nous disposons finalement d'un traitement simple, sûr et économique qui réduit le risque de TVP et semble même diminuer le risque de décès consécutif à une attaque», a déclaré le Professeur Dennis. « Nous estimons que ce traitement pourrait potentiellement aider quelque 400 000 patients victimes chaque année d'une attaque aux États-Unis. Si ces personnes étaient traitées, nous pourrions prévenir le développement de thrombose veineuse profonde chez environ 20 000 d'entre eux et peut-être sauver jusqu'à 10 000 vies humaines ».

« Nous pensons que les directives nationales doivent être révisées à la lumière de ces résultats », a jouté le Professeur Dennis. « Selon les directives actuellement en vigueur, la CPI ne doit être envisagée qu'en cas d'échec des injections anticoagulantes ou si celles-ci s'avèrent inadaptées, mais cette étude suggère au contraire qu'elle devrait l'être chez tous les patients présentant un risque élevé de TVP. »

« Les résultats de l'étude CLOTS 3 sont réellement révolutionnaires », a déclaré Mark A. Turco, M.D., médecin-chef des traitements vasculaires chez Covidien. « La réduction importante et statistiquement significative de la mortalité chez les patients victimes d'une attaque traités par compression séquentielle par rapport à ceux soumis aux soins courants, ainsi qu'une baisse de près de 30 % des cas de TVP proximale devraient révolutionner les traitements post-attaque et améliorer ainsi les résultats des patients.. »

Á propos de l'essai CLOTS 3
L'étude multicentrique randomisée et contrôlée la plus importante en son genre, CLOTS 3, avait pour objet d'évaluer l'efficacité de la CPI pour la réduction du risque de TVP et de décès chez les patients victimes d'une attaque. L'étude, qui a porté sur 2 876 patients entre 2008 et 2012, a impliqué la participation de 105 hôpitaux au Royaume-Uni. Cet essai a été financé par le National Institute of Health, le programme Health Technology Assessment et le Chief Scientist Office Scotland. Covidien a fait don des systèmes de compression Kendall SCD aux hôpitaux participants.
Pour toute information complémentaire : http://www.covidien.com/vascularcompression/pages.aspx

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 17:29

Informatiser le dossier patient au sein de l'hôpital, l'expertise de Perceptive Software

Repost 0
capitalpublication
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 17:25

Aujourd'hui, la gestion informatisée du dossier patient est une priorité dans le domaine de la santé. Pour améliorer l'accueil et les soins des patients, pour faciliter et sécuriser le travail du personnel soignant, pour optimiser la gestion administrative et financière ou pour s'adapter en temps réel aux normes réglementaires, tous les établissements sont concernés par cette démarche.

Quel que soit le niveau de déploiement, qu'il s'agisse d'établissements déjà passés au DPI ou d'établissements encore en train de chercher la meilleure solution, on se rend compte que les solutions mises en place et les réflexions menées restent encore trop souvent pensées pour l'utilisation du DPI uniquement au sein de l'établissement concerné, en tout cas, dans un premier temps.

Cependant, un hôpital ou une clinique ne vit pas « coupé » du monde. D'une part, un établissement hospitalier est en relation permanente
avec des services extérieurs tels que laboratoires, centres d'imageries... D'autre part, une hospitalisation n'est malheureusement qu'une « étape » dans un parcours médical. Les patients sont souvent envoyés à l'hôpital par leur médecin et sont orientés vers des établissements de rééducation ou de convalescence.
Et ce suivi se doit d'être prévu dès le démarrage de l'informatisation du dossier patient, au risque de limiter rapidement la solution mise en place et de ne pas mettre à profit tout le potentiel d'un tel projet.

Dans ce parcours médical, si le déplacement du patient peut se décider et s'effectuer rapidement, qu'en est-il de son dossier ?

La planification des visites des patients est une activité qui implique de nombreux documents et demande beaucoup de temps. Le manque d'informations dans les dossiers des patients peut retarder la prise en charge. Une communication basée sur des documents papier fait obstacle au partage des informations avec les équipes cliniques. Les appels téléphoniques au cabinet du médecin et aux autres prestataires de soins pour obtenir les documents manquants sont également une source de perte de temps et de dépenses supplémentaires.

De la même façon, lorsque les patients sortent de l'hôpital, ils sont souvent orientés vers un établissement de soins de suite, comme un centre de réadaptation ou de rééducation, pour y recevoir des services médicaux complémentaires. Ce changement d'établissement entraîne l'échange de différents documents venant de sources variées, et parfois stockés en format papier. Le personnel clinique et administratif ne dispose pas des moyens nécessaires pour capturer, organiser et traiter facilement le contenu dont il a besoin pour assurer une prise en charge rapide des patients.

Une solution pour accompagner le parcours du patient, à tout moment, avant, pendant et après son hospitalisation ?

Il est indispensable de prévoir une solution qui fournisse aux équipes cliniques et au personnel administratif une vision complète du patient, tout au long de son parcours médical, en incluant les différents acteurs de ce parcours, et ce dans la durée et quelle que soit la forme des documents fournis. La solution mise en place doit également pouvoir intégrer de grands volumes de contenu habituellement stockés à l'extérieur du Dossier et des ERP pour créer une vision unique et complète. Cette visibilité renforcée permet à l'ensemble du personnel soignant d'être mieux informé pour prendre les bonnes décisions.

Avec la technologie Perceptive Software de gestion des processus et du contenu, les équipes cliniques et administratives peuvent capturer, traiter et partager les documents importants et les informations des patients, assurer l'intégrité des données tout au long de leur cycle de vie et accéder à un contenu précis, dans le contexte des procédures quotidiennes, à tout moment, avant, pendant et après l'hospitalisation du patient.

Perceptive Software propose une multitude de choix d'intégration à même de répondre aux besoins spécifiques des environnements hospitaliers, avec en particulier sa technologie brevetée LearnMode, HL7 et une approche par API avancées, directement depuis les systèmes métier comme MEDITECH, Epic, Cerner, McKesson, GE ou Siemens.

Plus d'informations : http://www.perceptivesoftware.fr/solutions/healthcare/healthcare-software

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical
commenter cet article
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 18:38

44 entreprises membres accompagnées à l’international par Lyonbiopôle sur le premier semestre 2013

Repost 0
capitalpublication
commenter cet article

Capital Equipement Médical en quelques mots

Capture d’écran 2013-03-21 à 11.57.03


L'équipe de Capital Publication, soucieuse des attentes des lecteurs  
- des magazines Capital Equipement Médical, Capital Equipement Biomédical,

- de la e-newsletter et

- du site www.capitalmedica.fr ont eu à cœur de proposer à leurs lecteurs un outil de discussion et de partage d'informations au sujet des nouvelles technologies utilisées dans l'univers de la santé.

Recherche

Feuilletez le dernier numéro de Capital Equipement Médical