Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 15:49

 Esaote, un des leaders mondiaux en matière de matériel d’imagerie médicale annonce aujourd’hui ses technologies de nouvelle génération pour ses gammes d’échographes et d’IRM dédiées.

Les technologieseHD et eXP sont des innovations décisives pour l’amélioration de la fiabilité et de la qualité diagnostique, elles apportent en plus rapidité et flexibilité des examens, particulièrement en IRM.

«Aujourd’hui, nous présentons des technologies qui ont été complètement repensées pour nos gammes d’échographes et d’IRM dédiées » annonce Claudio Buffagni, Directeur Marketing d’ESAOTE, « Nos compétences, nos investissements et notre focalisation sur les techniques permettent  de répondre aux exigences de la médecine actuelle et celle de demain.»

La technologie échographique eHD

eHD est l’aboutissement d’un travail global de développement sur l’ensemble des échographes MyLab, tant au niveau des interfaces de captures d’image, que du traitement des données et de la qualité de l’affichage. Cette technologie améliore considérablement la précision des diagnostics échographiques.

Au cœur de la technologie eHD, le nouveau formateur de faisceau « eHG Pulser » fournit  des images d’une clarté exceptionnelle sans limitation de la cadence image. La technologie eHD a été également appliquée aux sondes iQ d’Esaote. En augmentant encore leur bande passante, elle accroît la sensibilité du signal. L’ergonomie des sondes « Appleprobe » a été aussi améliorée par l’utilisation d’un nouveau « Grip ».

Les nouveaux algorithmes de l’eHD réduisent les interférences en offrant une meilleure visibilité des structures internes et permettent au praticien de réaliser un diagnostic plus précis. Avec eHD CFM, la technologie « Advanced Doppler » d’Esaote a été introduite pour permettre une détection optimisée des limites des vaisseaux ainsi qu’une sensibilité et une pénétration accrues. En maximisant la résolution spatiale et la pénétration, eHD XFlow est notre nouvelle solution de haute résolution et de haute définition en mode Doppler.

Chacune des technologies eHD d’Esaote concerne aussi les derniers outils de visualisation tels que « Virtual navigator » (fusion d’images), « Virtual Biopsy » (guidage des aiguilles) et  d’image multidimensionnelle, garantissant les meilleurs diagnostics pour tous les types d’examens.

La technologie IRM eXP

Déjà reconnu comme un des leaders mondiaux en matière d’IRM musculo-squelettique dédiée, Esaote va encore plus loin avec la technologie eXP. L’association de la puissance de son nouveau « GPU Hardware » et des nouveaux logiciels offre un rendu plus précis et une meilleure reconstitution de l’image. Les « durées d’acquisition des séquences » sont sensiblement réduites (40%).

D’une part, les caractéristiques de la technologie eXP permettent d’améliorer la longueur du train d’ondes (algorithmes hautement sophistiqués pour l’acquisition et la reconstruction de l’espace K) et par conséquent la fiabilité  diagnostique.
D’autre part, l’utilisation d’une nouvelle technique de réduction des artefacts des structures métalliques, permet une amélioration très significative du diagnostic pour des patients porteurs d’implants métalliques.

 

 


 

 

 

L’eXP est disponible sur le nouveau G-Scan Brio et le sera aussi sur les futurs systèmes, ou dans le cadre d’une mise à jour de votre système actuel, afin de protéger durablement votre investissement  et prolonger la durée de vie de vos équipements.

 

Vous trouverez plus d’informations sur le groupe Esaote et ses produits sur   www.esaote.com  

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical - dans Imagerie Médicale
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 13:40

Global Imaging On Line, confirme son développement à l’international en annonçant l’ouverture d’une filiale en Suisse. Cette annonce, qui fait suite à une première ouverture de filiale au Canada, constitue un évènement fort dans la vie de l’entreprise en marquant sa stratégie de développement ambitieuse en Suisse sur la base d’une réelle prise en compte des spécificités du marché et de la culture suisse.
Le recrutement de personnels résidants suisses assure la proximité, le suivi et l’adaptation des prestations et des produits vendus localement.
Depuis sa création, Global Imaging On Line s’est positionnée en spécialiste des Systèmes d’Information dédiés au monde du diagnostic (RIS, PACS, Stations de travail, Télémédecine) en s’affirmant comme l’un des leaders européen des systèmes d’information de santé.

L’entreprise qui a travaillé en étroite collaboration avec le D.E.V. (Développement Economique Vaudois) a souhaité l’installation de sa filiale dans les locaux du PSE de l’EPFL (Parc Scientifique de l’Ecole polytechnique Fédérale de Lausanne) qui a accepté son dossier en tant qu’entreprise particulièrement innovante spécialisée dans la R&D en informatique médicale.

Les collaborateurs de Global Imaging On Line (Suisse) SA s’inscrivent dans cette dynamique d’innovation pour l’ergonomie la productivité, la fiabilité, la sécurité des solutions Global Imaging On Line pour l’imagerie médicale et contribueront à apporter une valeur ajoutée nouvelle dans les projets de systèmes d’information sur l’ensemble du territoire suisse.
« L’ouverture d’une nouvelle filiale illustre parfaitement notre stratégie de développement continu et maîtrisé à l’international. Notre souhait est d’exporter notre savoir-faire dans des pays en attente de prestations à forte valeur ajoutée dans le domaine des systèmes d’information de santé. Notre position et notre longue expertise acquises depuis 1999 nous prédisposent tout naturellement à accélérer notre pénétration sur les marchés à l’export. Dit Patrick Pirazzoli, Président Directeur Général de Global Imaging On Line »

Global Imaging Online en quelques mots :
Spécialiste français des Systèmes d’Information (RIS, PACS, Stations de travail, Téléradiologie) dédiés au monde du diagnostic médical, Global Imaging Online conçois, développe, commercialise et maintien des solutions WEB innovantes pour la gestion des images et des informations patients dans les cabinets privés et les établissements publics.
Avec plus de 800 sites installés, Global Imaging Online compte parmi les principaux acteurs du marché français. Reconnue pour ses solutions de visualisation, interprétation, communication et archivage pour l'imagerie médicale avec le WEB PACS DIAM4 et ses capacités de diffusion et visualisation des examens sur toute plateforme, Global Imaging Online, se positionne définitivement en leader avec DIAM RIS, LA solution RIS WEB. Qu’il s’agisse d’implantations mono-site ou multi-sites DIAM RIS constitue la réponse, aujourd’hui disponible, la plus évoluée et totalement évolutive. Véritable outil de gestion intégré du centre ou du service de Radiologie, ses applications avancées en permanente évolution et adaptation permettent d’optimiser l’ensemble des flux. Global Imaging Online propose aussi une solution optimale, complète et opérationnelle de Téléradiologie.

Pour plus de renseignement, vous pouvez vous connecter sur  www.global-imaging.net

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical - dans Imagerie Médicale
commenter cet article
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 15:25

Guerbet, spécialiste des produits de contraste pour l’imagerie médicale, annonce que le Medical Imaging Drugs Advisory Committee de la Food and Drug Administration (FDA) a voté hier à l’unanimité (17 pour, 0 contre) en faveur de l’autorisation de Dotarem® (gadoterate de méglumine) chez les adultes et les enfants de 2 ans et plus. Le comité a décidé de ne pas recommander à ce stade (10 voix contre, 6 pour et 1 abstention) l’autorisation de l’indication chez les enfants de moins de 2 ans.
Dotarem® est utilisé dans le cadre d’examens d’imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau, du rachis et de la moelle épinière. Les produits de contraste IRM sont à base de gadolinium, substance renforçant le contraste en IRM, mais qui a la particularité d’être toxique à l’état libre dans l’organisme. Dotarem®est le seul chélate de gadolinium ayant une structure macrocyclique et ionique, ce qui lui confère une grande stabilité chimique : la propension du gadolinium à se libérer de son chélate est très faible.
« Guerbet se réjouit de la recommandation de l’Advisory Committee en faveur de l’autorisation de Dotarem®, reposant sur notre présentation complète des données cliniques et post-commercialisation », déclare Yves L’Epine, directeur général du Groupe Guerbet. « Si la FDA confirme la position de l’Advisory Committee, Dotarem® pourra être rapidement une autre option pour l’imagerie du système nerveux central (SNC) aux Etats Unis. Nous sommes déçus que cette recommandation n’intègre pas l’indication chez les enfants de moins de 2 ans, mais nous allons nous efforcer de répondre à toutes les questions de la FDA pour obtenir aussi l’indication dans cette tranche d’âge. »
Les données sur Dotarem® présentées hier lors de la réunion de l’Advisory Committee comprenaient des résultats issus de deux études cliniques de phase III. Ces études ont évalué l’efficacité diagnostique de Dotarem® dans l’imagerie par résonance magnétique des maladies du système nerveux central, telles que les tumeurs primaires et secondaires du cerveau ou de la moelle épinière, les maladies inflammatoires telles que la sclérose en plaques et les maladies vasculaires du cerveau.
Les deux études ont évalué la supériorité des images optimisées par rapport aux images non-optimisées pour visualiser les lésions du SNC selon chacun des trois critères d’évaluation primaires. Toutes les analyses d’efficacité primaires et les principales analyses secondaires ont abouti et confirment l’efficacité de Dotarem® à la dose standard de 0.1 mmol/kg. En plus de ces deux études, 21 études cliniques complémentaires ont évalué l’efficacité de l’IRM optimisée avec Dotarem®.
L’efficacité de Dotarem® dans l’indication SNC chez les enfants âgés de 0 à 17 ans a été évaluée par l’étude DGD-44-050 et par trois études ouvertes à un seul groupe et non-randomisées (DGD-3-15, DGD-3-16 et DGD-3-29).
Pour soutenir l’indication SNC proposée chez les enfants de moins de 2 ans, le dossier d’enregistrement de Dotarem® a inclus trois études cliniques et six études observationnelles prospectives post-commercialisation portant sur 241 patients âgés de moins de 2 ans.
L’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) est devenue, depuis son apparition il y a plus de 20 ans, le pilier de l’imagerie du système nerveux central. En 2011 aux Etats-Unis, on estime à plus de 10 millions le nombre d’examens d’IRM (AMR-Arlington Medical Resources) injectés avec des produits de contraste, dont environ 60% destinés à visualiser le système nerveux central.
La demande d’autorisation de mise sur le marché pour Dotarem® a été soumise à la FDA le 20 septembre 2012 et a obtenu une revue prioritaire, du fait qu’aucun autre chélate de gadolinium n’était autorisé chez les enfants de moins de 2 ans. Les recommandations du comité consultatif ne sont pas contraignantes, mais les examinateurs de la FDA tiendront compte de de son avis dans leur appréciation finale.

Pour plus d'informations sur Guerbet, merci de consulter www.guerbet.com.

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical - dans Imagerie Médicale
commenter cet article
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 17:37

Accuray Incorporated , une société de radio-oncologie, a annoncé aujourd'hui que le centre European CyberKnife Center Munich-Grosshadern (ECZM) a traité le premier patient mondial au moyen du nouveau système CyberKnife® M6TM. Grâce à l'installation du nouveau système, le centre de Munich, qui travaille en étroite collaboration avec l'hôpital universitaire (University Hospital) de Munich, est le premier à offrir aux patients atteints du cancer un traitement au moyen du système de CyberKnife M6, la dernière génération du système CyberKnife. Le nouveau système offre maintenant une meilleure qualité, une interface utilisateur simplifiée pour l'administration du traitement et la précision des traitements de radiothérapie et il continue à fournir des capacités cliniques, y compris un faisceau robotique non isocentrique, non coplanaire, un suivi en temps réel et une correction automatique.

« Nous nous félicitons d'avoir installé le premier système CyberKnife M6 à l'European CyberKnife Center Munich-Grosshadern », a déclaré Joshua H. Levine, président et directeur exécutif d'Accuray Incorporated. « Le système CyberKnife M6 est la prochaine génération du système et il va permettre aux cliniciens de fournir aux patients atteints de cancer des traitements vraiment personnalisés ».

L'ECZM est un pionnier mondial en matière de radiochirurgie. En 2005, le centre a été le premier en Allemagne à avoir installé un système CyberKnife. À ce jour, l'équipe de cliniciens a traité les tumeurs intracrâniennes et extracrâniennes de plus de 3500 patients en utilisant le système CyberKnife SBRT.

 

 


 

« Il est essentiel d'offrir à nos patients les meilleurs soins possible. Nous savons par expérience qu'au moyen du système CyberKnife des résultats extrêmement précis peuvent être atteints. Le nouveau système nous permet de traiter les patients beaucoup plus rapidement. De plus, le traitement sera disponible pour une population de patients très importante. Grâce aux systèmes CyberKnife, nous sommes en mesure d'adapter la précision du traitement en fonction des besoins individuels de chaque indication de patient », a déclaré le professeur Dr Berndt Wowra, neurochirurgien et radiochirurgien.

Le Dr Alexander Muacevic, neurochirurgien, radiochirugien, et président de la Radiosurgery Society, a ajouté : « Nous sommes maintenant en mesure de traiter les petites tumeurs bien délimitées, mais aussi des structures cibles plus grandes et de forme irrégulière ».



Pour plus d'information consultez le Web Site: http://www.accuray.com


-------
Profil: Profil 1

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical - dans Imagerie Médicale
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 12:32

 Hologic, un développeur, fabricant et fournisseur de premier plan de systèmes d'imagerie médicale et de produits de diagnostics et chirurgicaux haut de gamme ciblant la santé féminine, a présenté le 9 janvier 2013 les conclusions d'une nouvelle étude inédite. Cette étude publiée dans Radiology, le journal scientifique de la Radiological Society of North America, a établi que l'association de la technologie de dépistage tridimensionnel (3D - tomosynthèse du sein) à un examen du sein en 2D permet d'augmenter considérablement le dépistage des cancers du sein tout en réduisant le nombre de faux positifs.
L'étude « Comparison of Digital Mammography Alone and Digital Mammography plus Tomosynthesis in a Population-based Screening Program » (Comparaison du seul recours à la mammographie numérique par rapport à son utilisation en association avec une tomosynthèse, dans le cadre d'un programme de dépistage basé sur une population) était dirigée par Per Skaane, M.D., Ph.D., de l'hôpital universitaire Ullevaal à Oslo. L'étude était basée sur 12 631 examens de dépistage effectués dans un grand hôpital norvégien.
Les chercheurs ont associé la technologie de mammographie en 3D d'Hologic à un mammogramme en 2D et ont obtenu une augmentation considérable des taux de détection du cancer, en particulier pour les cancers invasifs, ainsi qu'une réduction simultanée des taux de faux positifs, comparé à la seule mammographie en 2D. Parmi les résultats significatifs, citons :
    --  Une augmentation de 40 % de la détection des cancers du sein invasifs.
    --  Une augmentation de 27 % de la détection de tous les cancers (à la
        fois les cancers invasifs et in-situ).
    --  Une diminution de 15 % des taux de faux positifs.
Les auteurs ont indiqué que l'augmentation des taux de détection du cancer concernait toutes les densités de tissus mammaire, de dense à gras. Cette augmentation ne concernait cependant pas la détection du carcinome canalaire in situ (CCIS) qui est non invasif et que les détracteurs du dépistage par mammographie considèrent comme étant potentiellement une source de diagnostic abusif.
Compte tenu de l'importante augmentation de la détection des cancers invasifs plutôt que des cancers in situ, les auteurs de l'étude estiment : « notre observation sans doute la plus importante est que dans la cohorte mammographie plus tomosynthèse, l'avantage réel, en matière d'amélioration potentielle des résultats à cause d'une détection précoce, va peut-être au-delà de la seule différence dans le nombre total de cancers détectés. »


Basés à Oslo, le Dr Per Skaane et son équipe sont connus pour leurs recherches déterminantes. Leurs essais Oslo I et Oslo II étaient des études décisives de comparaison de la mammographie numérique en 2D par rapport au film, dans la détection du cancer du sein.

 

Pour plus de renseignement consultez le site www.hologic.com

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical - dans Imagerie Médicale
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 16:22

Parmi les 59 projets de la Région Rhône-Alpes en compétition, deux projets de cancérologie des équipes de recherche du CHU de Saint- Etienne ont été récompensés par les premiers Trophées des Rencontres du CLARA, le 12 décembre dernier.

 

Deux projets de cancérologie récompensés par la remise des premiers Trophées dans le cadre du CLARA
Chaque année depuis 2008, le Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône‐Alpes (CLARA) réunit lors des Rencontres Industriels Académiques les acteurs de la cancérologie des régions Auvergne et Rhône‐ Alpes, afin de favoriser le dialogue entre chercheurs, cliniciens et industriels de l’oncologie. Lors des 5e Rencontres le 12 décembre dernier, 59 projets de toute la région Rhône‐Alpes étaient en compétition. Six projets finalistes sélectionnés pour leurs qualités d’innovation et les perspectives de développement les plus prometteuses concouraient pour les deux trophées CLARA, lesquels ont été remis à des projets portés par les équipes de recherche de l’Institut Fédératif de Recherche Sciences et Ingénierie de la Santé (IFRESIS) qui regroupent, entre autres, des membres du CHU de Saint‐Etienne, de l’Université Jean Monnet, et de l’Ecole des Mines de Saint‐Etienne.

 

Projet de détection de tumeurs du côlon par des nanoparticules
Un premier trophée a été attribué au projet Nanocôlon développé par le LINA, unité de recherche mixte Université Jean Monnet ‐ Ecole des Mines de Saint‐Etienne portant l’Axe Hospitalo‐Universitaire « Cancer » du CHU de Saint‐Etienne.
Ce projet innovant porté par le Dr. Gabriele BARABINO et les Pr. Michèle COTTIER et Jean‐Marc PHELIP vise à mettre au point une nanoparticule fluorescente fonctionnalisée avec le Cetuximab, capable de cibler les cellules tumorales ou précancéreuses. Cette nanoparticule devrait permettre de dépister précocement les lésions précancéreuses ou cancéreuses du côlon et du rectum difficiles à visualiser en endoscopie standard, en particulier lorsqu’il existe une muqueuse inflammatoire ou lorsque ces lésions sont planes. L’expérimentation en condition endoscopique devrait bientôt débuter grâce à un prototype d’endoscope fourni par la société Pentax et à l’utilisation d’un nébuliseur de nanoparticules mis au point par le Centre Ingénierie et Santé de l’Ecole des Mines. Le développement ultérieur se fera in vivo chez des volontaires après les études de toxicité puis dans d’autres organes creux (vessie, ORL, trachée et bronches, estomac et oesophage) ou en per opératoire, au niveau du péritoine. Enfin l’objectif final sera d’inclure au sein de la nanoparticule de la radioactivité (de type Yttrium) dans un but thérapeutique ciblé (radiothérapie métabolique ciblée) pour le traitement de cancers évolués ou métastatiques.
La mise au point de ces outils diagnostiques très spécifiques résulte d’une étroite collaboration entre l’équipe LINA et les équipes régionales telles que le LPCML et MATEIS à l’université Lyon 1 et L’IAB à l’université de Grenoble. L’implication d’industriels est déterminante pour la réussite d’un tel projet.

 

Projet d'imagerie thérapeutique non‐invasive par ultrasons focalisés sous guidage IRM
Un second trophée a été attribué à l'équipe du Pr. Pierre CROISILLE (CREATIS, CNRS 5220 /INSERM U1044) avec son projet HIFU de thérapie par ultrasons focalisés de haute intensité trans‐thoracique, une technique innovante et non‐invasive rendue très puissante par l’utilisation associée de l’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM). Parmi les thérapies interventionnelles mini‐invasives développées récemment, la thérapie par ultrasons focalisés de haute intensité́ (HIFU) est la seule technique non-invasive connue permettant de délivrer de l’énergie thermique ou mécanique à visée thérapeutique dans des organes en profondeur avec une très haute précision. Elle permet de réduire de la morbi‐mortalité associée au traitement et d’améliorer la qualité de vie et la récupération des patients.
L’imagerie par résonance magnétique (IRM) peut également être combinée aux HIFU pendant toute la procédure du fait de son caractère non‐irradiant, précis et non‐invasif et guider le praticien en temps réel au cours de l’intervention. En complément d’autres traitements existants, l’HIFU pourrait ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques concernant le cancer pulmonaire, cancer ayant la plus forte incidence et mortalité dans le monde, concernant l’embolie pulmonaire grave (3ème cause de maladie cardio‐vasculaire après l’infarctus du myocarde et les AVC) et l’infarctus du myocarde, qui touche 120 000 nouveaux patients chaque année en France. Ce projet fédérateur et multidisciplinaire implique les compétences médicales du CHU de Saint‐ Etienne et s’inscrit également dans la démarche d’excellence des Axes Hospitalo‐Universitaires (AHU) actuellement en cours de mise en place. Il intègre une synergie avec les compétences scientifiques de l’Ecole des Mines, du Centre d’Ingénierie pour la Santé, plusieurs unités CNRS / INSERM et une collaboration régionale avec le CHU de Clermont‐Ferrand et les Hospices Civils de Lyon. Enfin, ce projet démontre un fort potentiel de valorisation industrielle dans le domaine des technologies de la santé en impliquant des PME locales, mais aussi nationales et internationales.

 

Pour plus de renseignement suivez le lien suivant http://www.chu-st-etienne.fr

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical - dans Imagerie Médicale
commenter cet article
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 17:00

Le Professeur Christophe Aubé a présenté, lors des JFR à Paris, les résultats de la première étude sur l’utilisation des mesures de dureté hépatique pour le diagnostic des hépatopathies diffuses avec l’Elastographie ShearWave publiée par le Professeur Ferraioli dans Hepatology (Août 2012).

 

Première validation clinique de l’Elastographie ShearWaveTM pour évaluer le degré de fibrose grâce à la mesure de la dureté hépatique sur 121 patients atteints d’hépatite C
Cette étude a validé les bénéfices cliniques suivants :
• La mesure en kilopascals de la dureté du parenchyme hépatique qui permet d’établir un diagnostic non invasif des stades de fibrose et de suivre leur évolution.
• Les résultats en terme de sensibilité et spécificité, qu’il s’agisse d’une fibrose significative (METAVIR F2) (Le Score Metavir est utilisé pour quantifier l’atteinte tissulaire du foie. Il permet d'évaluer la fibrose et de définir une catégorie de patients. F0 Fibrose Absente, F1 Fibrose minime, F2 Fibrose significative,, F3 Fibrose Sévère, F4 Cirrhose.) sévère (METAVIR F3) ou d’une cirrhose (METAVIR F4), se situent autour de 90%. Cette technologie donne des seuils relativement clairs : 7 kPa pour les fibroses significatives, près de 9 kPa pour les fibroses sévères et 10 kPa pour les cirrhoses.
• L’Elastographie ShearWave image parfaitement l’hétérogénéité du foie atteint de fibrose même dans les cas difficiles d’ascite.
Pour le Professeur Aubé, « L’échographe Aixplorer avec l’Elastographie ShearWave offre une très bonne reproductibilité et vraisemblablement des performances supérieures à l’élastographie transitoire unidimensionnelle, technique de référence utilisée par les hépatologues ».

 

Vers un dépistage préventif de la fibrose hépatique
Le Professeur Aubé a également souligné l’importance de l’intégration de la mesure de dureté des tissus sur un échographe comme Aixplorer pour dépister plus facilement des cirrhoses ou fibroses significatives chez certains patients qui viennent passer un examen échographique pour toute autre pathologie et qui n’entraient pas dans le circuit hépatologique.
On estime que plus 300 000 personnes en France ont une cirrhose non connue et plus d’un million, une fibrose significative. Ces personnes subissent les effets d’une hépatite chronique sans le savoir. Aujourd’hui, des personnes qui doivent passer un examen échographique pourront aussi bénéficier d’un dépistage préventif d’une fibrose hépatique avec l’échographe Aixplorer qui intègre à la fois l’échographie en mode-B, l’Elastographie ShearWave et l’imagerie de contraste.

 

Vers une orientation du diagnostic des nodules hépatiques
Selon l’étude du Docteur Aymeric Guibal sur la caractérisation des nodules hépatiques (au total 161 lésions) qui vient de paraitre dans European Radiology(2), l’Elastographie ShearWave ajoutée à l’échographie conventionnelle permet de différencier certains types de lésions hépatiques. La mesure de la dureté de ces lésions permet par exemple de différencier un adénome d’une hyperplasie nodulaire focale, un carcinome hépato-cellulaire d’un cholangiocarcinome ou d’une cirrhose.

 

Pour conclure, l’Elastographie ShearWave, permet d’aider à diagnostiquer certains nodules avec la valeur de dureté, elle ré-enrichit la sémiologie échographique dans son rôle de détection et de caractérisation.
Pour plus d'information suivez le lien www.supersonicimagine.fr

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical - dans Imagerie Médicale
commenter cet article
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 16:34

Les radiologues du monde entier célèbreront la première journée internationale de la radiologie le 8 novembre prochain,une initiative visant à mettre en avant le rôle de l’imagerie dans la médecine moderne et à éclairer le public sur la profession de radiologue.
Créée sous l’égide de la société européenne de radiologie, la société nord-américaine de radiologie et du collège américainde radiologie, cette journée commémorera la découverte de l’existence des rayons X par Wilhelm Conrad Röntgen le 8 novembre 1895. Les organisateurs souhaitent attirer l’attention du public sur les bénéfices médicaux et scientifiques apportés par l’imagerie médicale, une discipline dynamique et porteuse de continuels progrès technologiques. Les rayons X, l’IRM, l’échographie et d’autres modalités sont connues du grand public sans que leur but et valeur soient vraiment compris, estiment les spécialistes.
Les organisateurs souhaitent accroître la prise de conscience de l’importance du rôle du radiologue et des professionnels de l’imagerie tout au long du parcours de soins des patients. La journée internationale de la radiologie portera cette année sur l’imagerie oncologique et démontrera le rôle central de l’imagerie à toutes les étapes de la prise en charge, de la détection de la maladie au suivi du traitement et de l’après-traitement.
 L‘imagerie interventionnelle est également en plein développement, et la mise au point de systèmes d’aide au guidage en 3D ou en 4D facilitera à court terme les prélèvements et les ablations tumorales par voie percutanée, tout comme le traitement ciblé de la douleur chez les patients atteints de cancer, et ceci dans la plupart des pathologies d’organe », comme le souligne le Pr Boudghène, Président de la Fédération d’Imagerie du Cancer, chargé par la SFR de décliner l’IDoR en France.

A l’occasion de cette Journée Mondiale, la SFR mettra à disposition des radiologues, France entière, les cours d’imagerie oncologique, en ligne, sur le site de la société savante : http://www.sfrnet.org et encouragera ses membres à organiser des sessions de formation tout au long de l’année 2013, à l’attention de leurs médecins correspondants.

Les radiologues de la SFR auront également accès aux posters exposés lors des dernières Journées Françaises de Radiologie Diagnostique et Interventionnelle qui reflètent la très belle exposition, actuellement en cours au Musée des Arts et Métiers (Paris) : « La vie en transparence », créée à l’initiative du CNRS et dont la SFR est partenaire. Ils pourront ainsi en disposer pour leurs services et leurs cabinets et les partager avec le public et leurs patients.
Au total, 42 sociétés nationales de radiologie, 14 sociétés d’organe et fédérations et des disciplines partenaires ont été invitées à se mobiliser à travers l’Europe. Plusieurs d’entre elles organiseront leurs propres activités, telles que des conférences, actions de presse, journées portes ouvertes dans des départements de radiologie, etc. En Amérique du nord, une vingtaine de sociétés de radiologie prendront également part à cette journée spéciale.
L’initiative a reçu la pleine coopération et l’engagement de la société internationale de radiologie, ainsi que de nombreuses organisations sur tous les continents, parmi elles la société de radiologie pour l’Asie et Océanie, le collège interaméricain de radiologie, le collège royal des radiologues d’Australie et de Nouvelle Zélande, et la société de radiologie d’Afrique du Sud, qui représente aussi les pays avoisinants.
Le 8 novembre ne sera pas seulement une date clé pour les radiologues, mais aussi pour les manipulateurs radio, qui, grâce à leur expérience et connaissances, aident à diagnostiquer et traiter les patients. La fédération européenne des sociétés de manipulateurs radio s’associe pleinement à la journée internationale de la radiologie. La société européenne de radiologie a réalisé une brochure sur l’imagerie du cancer pour marquer cette journée, en coopération avec des radiologues venus du monde entier. Une seconde brochure sur l’histoire de la radiologie a été réalisée en collaboration avec la société internationale pour l’histoire de la radiologie.
Rendez-vous sur le site web de la journée internationale de la radiologie : http://internationaldayofradiology.com

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical - dans Imagerie Médicale
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 16:32

Philips a présente sa nouvelle IRM Multiva 1.5T en avant-première lors des Journées Françaises de Radiologie qui se sont tenues à Paris du 19 au 23 octobre 2012.
« Chez Philips nous considérons l’imagerie médicale comme la pierre angulaire du diagnostic et du traitement ; les praticiens sont sous la pression constante d’établir le diagnostic le plus précis et de prescrire le meilleur traitement au sein de services fonctionnant la plupart du temps à pleine charge», déclare Frédéric Sottilini, Business Manager Imaging Systems Philips Healthcare France.
« Ce système, affiché à un tarif très compétitif, a été justement conçu pour répondre à ce grand défi : soigner mieux à moindre coût dans un temps optimisé ».

 

Disposant d’un important champ de vue et de performances d’acquisitions puissantes, le système Multiva 1.5T permet la couverture de larges zones anatomiques avec une excellente qualité d’image. Au coeur du système Multiva 1.5T se trouve l’outil de gestion du flux de travail FlexStream qui permet l’utilisation de nouvelles antennes HST (Head/Spine/Torso, tête/rachis/torse) et musculo-squelettiques (MSK). Grâce à ces dernières, le temps de positionnement du patient pour les examens du cerveau, du rachis, de l’abdomen, du système musculo-squelettique et du corps entier est fortement réduit.
Elaboré sur la base des plates-formes IRM Philips, Multiva bénéficie de technologies innovantes et éprouvées de Philips, telle la fonctionnalité SmartSelect qui détermine automatiquement les éléments d’antennes devant être activés pour produire le rapport signal-bruit le plus élevé dans la région explorée. Le confort du patient est également de mise ; celui-ci peut en effet utiliser un casque audio durant l’examen rendant ainsi l’expérience aussi agréable que possible. Des autorisations de mise sur le marché sont en cours dans plusieurs continents ; les premières livraisons devraient avoir lieu à la fin de l’année 2012 en Europe.
Le produit ne sera pas disponible à la vente aux États-Unis et au Canada.

 

CP-IRM-Multiva-1-5T-Final.jpg

 

Les informations sur Philips sont disponibles sur : www.philips.fr

 

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical - dans Imagerie Médicale
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 16:13


Faible consommation énergétique, automatisation du contrôle qualité, affichage multi-gamma, utilisation
en mode tactile, définition et tailles encore plus adaptées aux besoins des radiologues… Avec les moniteurs DICOM RadiForce, calibrés en usine, Eizo France affiche le meilleur de la R&D Eizo !

 

Innovations en Diagnostic
• Eizo RadiForce GX340, 3MP monochrome : Haute-définition et multimodalité, le RadiForce GX340 répond au standard DICOM Part 14.
• Eizo RadiForce RX340, 3MP couleurs : Moniteur 3MP haute-luminosité, le RadiForce RX340 garantit la précision de l’affichage des radiographies, mais également du rendu des images couleur en 3D.
• Eizo RadiForce RX440, 4MP couleurs : Équipé de la technologie Hybrid Gamma, il permet d’afficher simultanément et en toute fidélité les images couleurs et noir et blanc en respectant les standards d’affichage de chacun. Sa surface d’affichage est équivalente à celle de deux écrans 2MP.
• Eizo RadiForce GX530, 5MP monochrome : Avec sa fonction de calibration automatique, il permet de se dispenser de fastidieuses interventions dans les réglages. Le GX530 permet un affichage multimodalité sur une même dalle.
• Eizo RadiForce RX840, 8 MP couleurs : Capable d’afficher une grande quantité d’images sur la surface de l’écran avec une excellente précision. La courbe gamma ou GSDF de chaque image est conservée. Avec ses 8MP, sa dalle présente deux fois la surface d’affichage d’un moniteur 30’’… et ce, sans bezel central !
• Eizo RadiForce LX470, 2MP couleurs : Adapté à un usage en ambiance stérile, le RadiForce LX470 permet d’afficher en grand les images présentées sur des moniteurs de petite taille, de manière à ce que chaque membre du personnel partage la même information.
• Eizo RadiForce GX1030, 10MP monochrome : Avec une résolution de 10 mégapixels et son format large, le GX1030 remplace avantageusement les équipements habituels à deux écrans «pairing display» de 5 MP. Grâce au design unique «mono-pixel», à la distance ultrafine entre les pixels, de seulement 0,158 millimètre, et à une exceptionnelle luminosité, même les plus infimes détails sont visibles.

 

LED et fonctions tactiles pour la Relecture DICOM
• Eizo RadiForce MX270, 27’’ couleurs : Le MX270W est le premier moniteur de la gamme relecture RadiForce à être équipé, à l’instar des produits de la gamme diagnostic, du dispositif ISS (Integrated Front Sensor) qui mesure l’échelle des gris, à l’aune de la norme DICOM.
• Eizo RadiForce MS231WT, le moniteur Multitouch : Ce moniteur accepte les fonctionnalités tactiles de Windows 7 et permet une utilisation intuitive sans clavier ni souris. Pilotage de l’affichage multisources / multiécrans
• Eizo RadiForce LMM0801 : Avec les boitiers LMM, Eizo développe des solutions de routage des images pour simplifier la gestion de l’affichage provenant de plusieurs sources.

Eizo RadiForce LX470 : 2MP et 47’’ pour le bloc opératoire et les salles de conférences

Cet écran d’une résolution de 1920x1080 est spécialement adapté pour l’affichage des images DICOM en salle d’opération ou en endoscopie. Avec ses angles de vision de 178°, son ratio de contraste de 1000:1, sa luminosité de 700 cd/:m², il convient parfaitement à la visualisation d’images médicales en salles de conférences ou de training.

 

Pour toute information complémentaire, suivez le lien : www.eizo.fr

Repost 0
La Quotidienne de Capital Equipement Médical - dans Imagerie Médicale
commenter cet article

Capital Equipement Médical en quelques mots

Capture d’écran 2013-03-21 à 11.57.03


L'équipe de Capital Publication, soucieuse des attentes des lecteurs  
- des magazines Capital Equipement Médical, Capital Equipement Biomédical,

- de la e-newsletter et

- du site www.capitalmedica.fr ont eu à cœur de proposer à leurs lecteurs un outil de discussion et de partage d'informations au sujet des nouvelles technologies utilisées dans l'univers de la santé.

Recherche

Feuilletez le dernier numéro de Capital Equipement Médical